Honte...

Publié le par Résistance Citoyenne

Expulsion

 

M. Yildiz sera ce soir à Istanbul. Il ne se serait pas opposé à l'expulsion. Sans doute n'a-t-il pas voulu risquer la prison pour refus d'embarquement. On lui aurait promis 2 000 € ? Si c'est exact, et s'il a bien reçu cet argent, cela servira sans doute à payer des passeurs... Car il reviendra. Forcément. Il fera tout pour revenir. Sa vie est ici, aux côtés de ses enfants, de sa femme, de ses parents, de ses amis.  Voilà, encore une famille dans la détresse, victime de cette politique honteuse, qui n'a pour seul objectif que de flatter l'électorat xénophobe. Et qui n'a pour seule conséquence que de détruire une famille, de séparer 3 enfants de leur père.  Mais quel est ce pays où les gendarmes viennent chercher un père chez lui, où un homme peut être mis en garde à vue puis enfermé et enfin expulsé sous escorte policière, menottes aux poignets (quand il n'est pas ligoté et bâillonné) pour la seule et unique raison qu'il n'a pas ses papiers en règle  alors qu'il les demande depuis des années, ces papiers... Un maçon, présent depuis plus de 8 ans en France, qui a une promesse d'embauche, et ne demande qu'à travailler en toute légalité.  Et qui va se retrouver ce soir dans un pays où il n'a plus aucune famille. En ayant laissé derrière lui sa femme et ses 3 enfants éplorés, désespérés, effondrés. Et toute une communauté de voisins et amis traumatisée, les deux communautés scolaires de l'école et du collège de Bollène ébahies, scandalisées, révoltées.  Quel est ce pays qui s'attaque ainsi aux plus défavorisés, en les précarisant davantage encore, en les désignant comme les boucs émissaires, en attisant la haine et le racisme ?  Pourquoi tant d'acharnement contre des personnes qui jusque là vivaient en toute quiétude, se préparant à fêter Noël ?  Parce que la fin de l'année approche, et que le ministre de l'intérieur et le préfet du Vaucluse doivent remplir leurs quotas d'expulsions. Et tant pis pour les enfants. Ils appliquent la loi, même si celle-ci est inhumaine, même si expulser un père de famille, c'est violer la Convention Internationale des Droits de l Enfant, ratifiée par la France.  Car ils n'ont pas "d'états d'âme" disent-ils. M. Hortefeux n'a des "états d âmes" que lorsqu'il s'agit de défendre des policiers délinquants (sinon criminels), qui ont rédigé de faux procès-verbaux, au risque d'envoyer un innocent en prison. Alors que lorsqu'il s'agit d'enfermer des pères, des mères, des familles dans des prisons pour étrangers, eux qui n'ont pour seul tort de ne pas avoir leur situation administrative en règle (et souvent ce n est pas faute de l'avoir demandée, cette fameuse carte de séjour), alors là non, pas de pitié pour ces enfants, puisqu'ils sont fils d'étrangers.  "
 
Fils de bourgeois ou fils d'apôtre
Tous les enfants sont comme les vôtres
Fils de césar ou fils de rien
Tous les enfants sont comme le tien
Le même sourire les mêmes larmes
Les mêmes alarmes les mêmes soupirs
Fils de césar ou fils de rien
Tous les enfants sont comme le tien  
Ce n'est qu'après longtemps après..."  
 
Bien sûr, nous restons mobilisés autour de cette famille, et demandons le retour de M. Yildiz parmi les siens.  
Rassemblement ce soir à 16h15 devant l'école Jean Giono de Bollène.  
Pour écrire au préfet :
Fax préfecture : 04 90 86 20 76 - 04 90 85 03 00 –
Fax gratuit : http://fax-gratuit.net/tt/index Mails : francois.burdeyron@vaucluse.pref.gouv.fr;
myriel.porteous@vaucluse...gouv.fr ;
valerie.grasset@vaucluse...gouv.fr ;
agnes.pinault@vaucluse.gouv.fr ;
pref-contact@vaucluse.gouv.fr  
Pétition en ligne :
http://www.educationsansfrontieres.org/article33038.html   

 

 

Source : RESF

Commenter cet article