Pour 40% des Français et des Allemands, l'islam est une "menace"

Publié le par Résistance Citoyenne

PARIS — Pour au moins 40% des Français et des Allemands, l'islam représente "plutôt une menace", selon un sondage publié mardi par le quotidien français Le Monde, alors que le débat sur la place de l'islam se développe dans ces deux pays.

Selon ce sondage, 42% des Français interrogés considèrent les musulmans "plutôt comme une menace", et 22% les voient comme "un facteur d'enrichissement culturel" (pour 36%, ils ne sont "ni l'un ni l'autre"). Les Allemands sont respectivement 40%, 24% et 36% à donner ces réponses.

Dans les deux pays, une forte majorité répond que l'intégration des musulmans ne s'est pas faite. Ils ne sont "pas du tout" ou "plutôt pas intégrés" pour 68% des Français et 75% chez les Allemands.

Entre 5 et 6 millions de musulmans vivent en France, qui compte la plus importante communauté musulmane d'Europe, et environ 4 millions en Allemagne.

"Malgré une histoire coloniale différente, une immigration différente et des modes d'intégration différents, il est frappant de relever que le constat, dur et massif, est le même dans les deux pays", relève Jérôme Fourquet, de l'institut de sondage Ifop, qui a réalisé l'étude.

Il souligne qu'en une vingtaine d'années le sentiment d'hostilité à l'égard des musulmans a changé de nature. "On est passé, dit-il à l'AFP, du +3 millions d'immigrés, 3 millions de chômeurs+ à l'expression d'une menace pour l'identité culturelle d'une société de tradition chrétienne. On sait que les immigrés musulmans ne repartiront pas et le débat se focalise donc sur leur intégration".

Une des questions du sondage porte sur "l'influence et la visibilité de l'islam". 55% des Français et 49% des Allemands les jugent "trop importantes".

Sur les raisons de la mauvaise intégration des musulmans, des deux côtés du Rhin, on cite en premier "leur refus de s'intégrer" (61 et 67%), puis les "trop fortes différences culturelles" (40 et 34%) avant la ghettoïsation (37 et 32%) et le racisme des pays d'accueil (18 et 15%).

Ce sondage survient alors que le débat est persistant sur la place de l'islam dans la société, en France comme en Allemagne. Après avoir lancé l'an dernier un débat controversé sur l'"identité nationale", le gouvernement français a adopté une loi d'interdiction du voile islamique intégral, burqa ou niqab.

Le Premier ministre François Fillon a fait en juin l'éloge de l'islam de France, culte "de paix et de dialogue". Mais récemment, la question des prières dans la rue de musulmans dans un quartier parisien, faute d'une mosquée assez grande pour les accueillir, un phénomène qualifié d'"occupation" par l'extrême droite, a fait à son tour polémique.

De son côté, l'Allemagne a connu ces derniers mois un débat violent sur l'intégration des étrangers, en particulier des musulmans. La chancelière Angela Merkel a levé un tabou en affirmant que le modèle multiculturel dans lequel cohabiteraient harmonieusement différentes cultures avait "complètement échoué".

Un pamphlet anti-islam écrit par un ancien dirigeant de la Banque centrale allemande, Thilo Sarrazin, qui dénonce le manque de volonté d'intégration des immigrés musulmans, s'avère depuis sa sortie fin août un énorme succès de librairie avec 1,25 million d'exemplaires vendus.

 

 

Evidemment, ce sondage a de quoi énerver. Lorsque nous avons entendu la nouvelle ce matin sur France Inter, nous en avons lâché nos brosses à dents. Nous habitons dans la cinquième ville de France, non dépourvue de musulmans, et personnellement nous n'avons jamais vu de burqa, jamais assisté à une prière dans la rue, à peine vu un tchador passer. Et nous pensons que c'est le cas de la majorité des Français qui ont répondu à ce sondage (dont nous avons trouvé la formulation hasardeuse, soit dit en passant). MAIS nous ne regardons pas la télé et encore moins TF1. Je pense que si c'était notre cas, nous aussi aurions l'impression d'être envahis d'intégristes et rêverions de niqabs diaboliques.

Mais ce qui nous met le plus en colère, c'est d'entendre que la raison pour laquelle les Français s'opposent à / ont peur de l'islam, c'est qu'il ne correspondrait pas "aux valeurs occidentales". Et là, nous bondissons. Quelles sont ces valeurs ? Je suppose que les sondés auraient répondu "la solidarité, le partage, la fraternité, l'égalité, la liberté, le respect de l'autre..." Bien. Nous sommes militants dans diverses associations humanistes, donc concernant tant les Français que les "étrangers", c'est-à-dire tous, (nous le précisons parce qu'on va encore nous reprocher de faire de l'anti-Français (on nage dans l'absurde quand la misère doit avoir une carte d'identité). Nous essayons également dans la vie de tous les jours de nous montrer fraternels avec tous. Et dans ces circonstances-là, ainsi que dans nos conversations avec ces mêmes Français, nous ne voyons pas "la solidarité, le partage, la fraternité, l'égalité, la liberté, le respect de l'autre..." Où sont ces sondés dans les manifs, auprès des SDF, des demandeurs d'asile ? Respectent-ils, eux, ces valeurs ? Ils n'en connaissent même pas le sens ! Quelles leçons peuvent-ils bien avoir à donner ?

Dans un récent article nous dénoncions le sexisme actuel : il est français. Alors non, les femmes françaises ne portent pas le niqab. Mais "nous" avons notre forme de burqa à nous.

Les Français feraient mieux de se regarder en face avant de critiquer tout un peuple qui n'existe que dans leur imagination (c'est quoi "un musulman" ? "un Arabe" ?) et dont le gouvernement fait une bête du Gévaudan pour exalter leur haine, les énerver comme le chien des Baskerville, la bave aux lèvres, et détourner leur regard de ce qui existe vraiment, ce qui menace réellement, à savoir par exemple la LOPPSI 2, qui est un danger réel pour la démocratie que les Français prétendent vouloir protéger.

Eh bien, félicitations, Sarko & Co : ta manipulation, elle fonctionne. Ils ne marchent pas, ils courent.

Publié dans Général militant

Commenter cet article

Claire 05/01/2011 14:19


Bravo !!!