La pression politique gagne sur les droits fondamentaux

Publié le par Résistance Citoyenne

Hier était un triste jour pour les habitants de la maison grise!!!!

 

La "justice" a en effet décidé l'expulsion SANS DELAI des personnes assignées, demandeurs d'asile, militants et associations compris (malgré la trêve hivernale!!!!). Cette expulsion ne peut toutefois se faire qu'après la venue d'un huissier, qui remettra à chacun un ordre d'expulsion (probablement aujourd'hui). Suite à cela la force publique (la police, donc) doit prévenir de sa prochaine intervention. C'est à ce moment-là que l'évacuation des lieux devrait se produire et sera rapide, le préfet ayant déjà annoncé qu'il agirait dès que possible. Il pourrait même agir en toute illégalité et ne pas attendre l'huissier. Ne pas respecter le droit ne fait plus peur à nombre des "autorités" qui nous gouvernent.
Nous proposons donc à ceux qui veulent agir de téléphoner à la préfecture pour lui signifier son indignation et à venir nous rejoindre au rassemblement de protestation aujourd'hui à 14h devant le 1er rue Clémenceau pour aller manifester devant le CHU de St Roch, à Nice.

Nous sommes pour notre part extrêmement choqué-e-s, et espérons qu ec'est le cas de tou-te-s, de cette décision d'injustice de mettre à la rue 120 personnes dont 50 enfants, sans délai. Il est important que l'on sache aussi que c'est une parodie de justice à laquelle nous avons assisté. Nous étions présents lors de l'audience, et pouvons témoigner ainsi : nous avons demandé une médiation ainsi qu'un transport sur les lieux, afin que la juge puisse constater elle-même ce qui lui était soumis, à savoir l'insalubrité présumée des lieux (thèse défendue par le CHU, propriétaire de l'immeuble) qui devait servir de prétexte à une expulsion.

La juge a statué aujourd'hui : elle a refusé ce transport sur les lieux et a donc jugé uniquement en se basant sur le discours de l'avocate du CHU (et celui de nos avocats mais dont elle n'a de toute évidence tenu aucun compte). Nous pouvons témoigner, pour connaître très bien l'immeuble, que les 3 quarts de ce qu'a dit cette avocate au sujet de cet immeuble était mensonger. La juge a donc rendu un jugement basé sur les dires d'une avocate sans même vérifier ses dires, ni les faire vérifier par un huissier.

 

Nous sommes hors de nous et nous sentons impuissant-e-s et terrifié-e-s de vivre dans un pays où la justice n'a plus cours, où la démocratie est bafouée, et où on n'hésite pas à jeter à la rue 50 gamins dont des bébés et une centaine de personnes sans s'inquiéter de leur survie.

 

En effet, cette mascarade de justice s'est conclue par l'urgence du CHU de récupérer son bien. Pour en faire quoi :

- Le laisser à l'abandon?

- Le laisser se dégrader?

- Le vendre dans 2 ans ? (d'où l'urgence!!)

 

Apparement la pression de la préfecture, du conseil général et de la ville de Nice (dont le maire est un ancien ministre), c'est trop pour qu'une juge puisse prendre une décision indépendante...

A-t-on donc oublié toute décence humaine, toute solidarité, tant et si bien que cela ne gêne plus personne de savoir des enfants et leurs parents dans la rue par ce froid ??? Qui que l'on soit, on a DROIT à des conditions de vie décentes. Nous dirions même que ces femmes, hommes et enfants y auraient d'autant plus droit qu'ils ont connu l'enfer et la misère.
Nous rappelons que les pires horreurs de l'Histoire se sont produites parce que des gens comme vous et moi détournaient le regard, et donc laissaient faire.
 

Ne détournons pas le regard.

 

Voici les articles que l'on peut trouver sur le sujet :

http://www.lepoint.fr/societe/la-justice-ordonne-l-expulsion-de-demandeurs-d-asile-d-un-immeuble-06-12-2010-1271840_23.php

http://www.nicematin.com/article/cote-dazur/squat-de-nice-la-justice-ordonne-l%E2%80%99expulsion

 

Et pendant ce temps, le 115 est submergé d'appel, la pauvreté continue à monter dans le département :

http://www.nicematin.com/article/societe/urgence-sociale-le-115-est-sur-la-breche

Publié dans demandeurs d'asile

Commenter cet article